Histoire

L’histoire de Collias, petit village dans sa quiétude au confluent du Gardon, impétueux à ses heures et de l’Alzon, calme et ombragé, a commencé il y a bien longtemps.

Les artistes d’alors, dessinaient sur les parois des grottes. Vingt sept d’entre elles ont été répertoriées le long du Gardon, la plus fameuse, la Grotte Bayol (fermée au public) abrite des peintures classés parmi les plus anciennes du monde, vestiges mis à jour dans la vallée de l’Alzon révèlent l’existence de nombreux groupements d’habitations à l’époque néolithique. Plus près de nous, un guerrier de l’âge du Bronze perdit ses flèches près de la fontaine du vallon de l’Ermitage. Le vallon au sud-est du village abrite une chapelle dédiée à Notre Dame de Laval. L’Ermitage proprement dit est une grotte occupée dès le néolithique puis aménagée par des ermites qui y ont séjourné à toutes les époques. Du XIIème au XVIIème une petite communauté de moines s’y établit. La chapelle récemment restaurée s’élève sur les bases d’un temple romain. Notons de cette époque romaine également l’oppidum de la Castre qui surplombe le Gardon et le pont inférieur sur l’Alzon. Continuons à suivre le fleuve du temps et nous relevons le passage des Alamans allant ravager Nîmes en 274 après J.C. Au haut Moyen Age, le village a son château fort « Le Castellas » où l’on bat monnaie au VIIème (pièce mérovingienne portant CALIACO) et s’entoure de remparts, aujourd’hui disparus.

Les guerres de religions ne l’épargnent pas. En 1588, capitulation des ligueurs de Collias, en 1629 le Roi Louis XIII accompagné de Richelieu a signé la paix de Nîmes à St Chaptes, et passe la nuit du 2 juillet à Collias.

1833 : on inaugure le pont suspendu, dont il ne reste que les deux imposants bâtiments servant à l’ancrage des câbles et deux arches du pont actuel datant de 1888, qui servait à approvisionner le village en eau, et à partir de 1889 en électricité.

A notre époque, Collias a gardé sa vocation agricole au coeur d’un pays particulièrement riche en témoignages historiques (Nîmes – Avignon – Uzès – Pont du Gard). Le village, par son éloignement des grands axes routiers, le charme de ses garrigues et de ses rivières est une étape idéale où il fait bon vivre.

Le coeur du village n’a guère changé, par contre les extérieurs prennent de plus en plus d’importance avec une population jeune au grand plaisir de l’école du village. Il suffit d’écouter sa cour à l’heure des récréations.

L’été le soleil et le Gardon tiennent la vedette en attirant de nombreux visiteurs et estivants en quête de fraîcheur et de grand air.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

hotelsworldroom |
Images de Russie |
Découverte du Cameroun |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 2 Pedales sur 1 Velo
| été à jijel
| keil4